Archives pour la catégorie Summer Peace Schools

Summer Peace School Berlin 2018

Sous la houlette de Astrid Rashed et Gabriele Nagel, respectivement actrice et photographe à Berlin, les 25 jeunes adultes se sont retrouvés pour finaliser le travail commencé en août 2018 en Savoie : une expo-performance autour d’une strophe du « Mémorial » de Thierry Machuel.
Voir les images de ce travail

Cet été, Gabriele avait filmé des séquences de rencontres-miroirs entre les participants répartis en paires. Ces images silencieuses sont émouvantes car il s’agissait pour l’un de suivre exactement les gestes proposés par l’autre.
Sur ces images, fut placé le chant Thierry Machuel, présenté par des chorales de VoCE2014-2018 …
« …oh comme je regrette n’avoir pu te parler !
Même, chacun dans sa propre langue,
nous aurions pu nous entendre au son de nos douleurs.
Ensemble nous aurions vu
qu’il n’y a pas d’ennemi en dehors de nous-mêmes. »
mascha+therrie

Lors de la présentation de la performance le 17 novembre, WABE, Berlin, les participants se tenaient en deux groupes devant les images et, en écho discret, se renvoyaient cette même strophe dans toutes les langues de leur rencontre : allemand, bosnien, français, polonais, roumain…

Cette expositon à la WABE réunissait , en outre, des créations des participants et d’élèves du Herder-Gymnasium , Berlin-Lichtenberg, inspirés par les paroles du « Mémorial ».
Le compositeur rendit visite à cette exposition le dimanche 18 novembre, au grand bonheur des participants !
Voir les images de l’expo

Cette dernière VoCE Summer Peace School connut deux autres points d’orgues.
L’un était la visite du Général Jovan Divjak de Sarajevo, fondateur et directeur de l’oganisation OGB&H qui soutient des orphelins de guerre en Bosnie-Herzégovine. Il  était notre partenaire de la première heure, et voici son message aux jeunes :
« VoCE vous a donné la possibilité de vous montrer empathiques. C’est une très grande chance. Mon message pour vous : soyez libres – indépendants – et soyez amoureux. Qu’est-ce que d’être amoureux ? Cela veut dire : aimer toute créature. Comment imaginez-vous votre vie ? Comme coureur de marathon ? Comme chef d’orchestre ? Comme coureur de vitesse avec 110 obstacles ?   Réfléchissez – y bien.
Un mot au sujet de la guerre et de OGB&H : la guerre, c’est simple. Les riches donnent les fusils, les pauvres donnent leurs enfants. La première idée qui a fait naître OGB&H était de procurer un soutien psychologique aux victimes. (Je me souvenais de ce qu’à l’origine, j’avais voulu devenir psychologue, si ma mère en avait eu les moyens.) Les gens avaient besoin de quelqu’un à qui parler. Encore aujourd’hui nous recevons des personnes en solitude et nous aidons à trouver un but dans leur vie, un but à leur vie. « 

L’autre était la participation à la cérémonie de commémoration de l’Armistice 1918 de notre partenaire allemand Volksbund, le 17 novembre , au mémorial de la prison de Plötzensee. Cette cérémonie avait été confiée au groupe des jeunes du Volksbund, animé notamment par Sophie Rothe et Marc Benjamin, participants à VoCE depuis 2014. En musique, poèmes et deux interventions sur l’apport de la VoCESummer Peace School, les jeunes firent entendre leur mise en cause radicale de la violence guerrière devant une assemblée faite essentiellement de militaires allemands et d’attachés militaires en poste à Berlin.
Voir le texte lu par Melina Dzelovic, au nom du groupe de Bosnie-Herzégovine .

Ainsi s’est achevé l’aventure des jeunes au sein du projet « Voix et Chemins d’Europe » .

Nous remercions notre partenaire allemand « Volksbund/VdK » d’avoir organisé cette dernière session,   le programme Erasmus+  ainsi que l’OFAJ de l’avoir financé, les artistes Astrid Rashed et Gabriele Nagel pour leur persévérence, et tous les participants pour leur fidélité !

Mascha Join-Lambert

Melina bei der Gedenkfeier des Ersten Weltkriegs

Berlin, Plötzensee Memorial
Samstag 17 November 2018

Guten Tag Ihnen allen,

Meine Name ist Melina Dzelovic. Ich Komme aus Sarajevo in Bosnien-Herzegovina. Ich fühle mich geehr, heute zu Ihnen reden zu dûrfen. Ich bin studierte Psychologin, arbeite jedoch als Projektmanagerin in der NGO « Education builds B&H ».
Diese kümmert sich um Kinder und junge Opfer des Krieges, der vor 23 Jahren in meinem Land stattfand, aber Auch um andere Gruppen von Kindern und Jungendlichen, die in unserer Geselischaft diskriminiert werden.

Meine Teilnahme an diesem Projekt der Summer Peace School begann im Sommer 2014, als wir mit diesem grossartigen Projekt in Sarajevo begannen.
Anfangs war ich aufgeregt, Menschen in meinem Alter aus Europa kennenzulernen, die Möglichkeit zu reisen, andere Länder und deren Geschichten kennenzulernen. Aber Auch Erfahrungen und Meinungen mit anderen auszutauschen. Unsere Kenntnisse über den Ersten Weltkrieg beschränkten sich auf das Wissen aus unserem Schulunterricht. Aber um ein Verständnis für die Opfer zu haben und die schrecklichen Konsequenzen eines solchen Konflikts, brauchten wir keinen Schulunterricht, da wir es selber erlebten.
Durch die Peace School hatten wir die Möglichkeit mehr über die Erfahrung der Überlenden zu lernen, zu erfahren, wie sie mit ihren Traumatisierungen umgehen, aber dennoch der Welt etwas Schönes, Edles und Mehrwertiges anbieten wollen.

Künstlerische Ausdrucksweisen, wie Tanz, Theater, Poesie, halfen uns zu verstehrn, was vor 100 Jahren übrig blieb. Am Anfang des Projektes, war ich sehr skeptisch, dass wir irgendetwas erreichen würden. Es war notwendig jungen Teilnehmenden zu erzählen, dass es nicht sinnlos ist, über Geschehnisse des vergangen Jahrhunderts zu diskutieren. Schliesslich ist die Geschichte am Ende uns allen eine Lehre. Wir müssen uns tiefgründig mit der Geschichte auseinandersetzen, um die Möglichkeit zu haben, uns der Gegenwart zu stellen.
Leider leben wir in einer Welt voller Konflikte und Menschenrechtsverletzungen. Jeden Tag werden wir Zeugen von schrecklichen Gewalttaten, die auf der gesamten Welt stattfinden. So gerne ich auch sagen wollte, dass wir aufhören, es stoppen müssen, fürchte ich, dass es nicht in unserer Hand liegt.
IMGP0425

Wenn ich aber sage, dass wir an den Beziehungen zu jenen in unserem direkten Umfeld arbeiten müssen, uns um jene um uns herum kümmern müssen, mit jenen wir zusammen leben, arbeiten, die Stadt, Strässen, und Gebaüde teilen, dann denke ich, dass es eine Aufgabe ist, die nicht unmöglich ist. Das ist genau das, war wir aus dem Projekt der Summer Peace School mitgenommenen haben und was wir in der Organisation « Education builds B&H » versuchen jungen Menschen nahezubringen. Achtsamkeit gegenüber ihrem Umfeld; Familien, Freuden, Nachbarn – die Bereitschaft zu haben, für andere einzustehen.

Ich denke, ich spreche im Namen jedes Teilnehmenden, dass wir dieses Projekt mit einem Sack voll neuer Erfahrungen; vielen neu erlernten Dingen; Menschen aus unterschiedlischsten Ländern, die wir nun unsere Freunde nennen können; beenden werden. Wir freuen uns, diese neuen Freundschaften in der Zukunft aufrecht zu erhalten.
IMGP0432b.JP$

Es war mir eine Ehre seit Beginn des Projekts im Juni 2014 dabei gewesen zu sein. Wissen über die Vergangenheit und persönliche Erfahrungen ausgetauscht zu haben. Menschen getroffen zu haben, die migrieren, flüchten und andere, die auch ähnliche schrecklichen Erfahrungen machten. Ich denke, jede und jeder von uns konnte etwas aus dem Projekt mitnehmen – auch wenn man nur an einer Summer Peace School teilnahm.

Ich glaube, dass wir durch unser gemeinsames Ziel, die Kraft aufwenden können, die Welt zu einem besseren Ort zu machen.

Ich möchte betonen, dass diese Art des Autauschs, der Autausch junger Menschen, sehr notwendig ist, besonders für unser Land. Da es eine aussergewöhnliche Erfahrung ist, die Möglichkeit zu haben, Menschen aus anderen Ländern kennenzulernen, diese anderen Länder zu bereisen und Orte zu besuchen, an denen wichtige historische Ereignisse stattfanden.

Die Organisation « Education builds B&H » ist sehr stolz, Teil dieses Projekts gewesen zu sein. Aber Auch ich und jedes andere Mitglied der Gruppe aus Bosnien und Herzegowina ist dankbar.

Ein letztes Mal, vielen Dank at jede Personen, die durch vielseitigen Einsatz beigetragen haben. Selt 2014 bis zum heutigen Tage das Projekt aufzubauen und durchzuführen und dadurch jungen Menschen sehr wichtige Erfahrungen ermöglicht haben.

Lire le texte en français: Lettre_Melina_Dzelovic
Read the text in English: letter Melina

peronne15

Summer Peace School in Chambéry

The 4B building is the first one you will see when you get down at the last but one bus stop of the A Line, from Chambéry’s train station. It seems quite insignificant at first glance, doesn’t it ? Particularly as it may keep its shutters resolutely closed when you go and see it…
But don’t get upset, no, don’t. You should rather use the small grey table to read next to the front door. Or go under the nearby trees to perform some Yoga moves, Even wait for a bunch of friends, lay down in the grass, with some music and a notebook.
stmaurice02

If you have an artistic sensitivity, find out if you can photograph the poetry around you, using the little you have. Or do a couple of theatre exercises : fall down in slowmotion, distort sounds, play the mirror game and, when you seek some freshness towards the shy 4B building, I hope with all my heart that it will open its door, just as it did for us.
« Us » refers to the Hungarian, Bosnian, Pollish, German and French young adults who took part in the social side of the VoCE project. As for me, I am a young girl who got lucky enough to become a link in this chain.
I lived an actual journey in the 4B building, and I did not even have to leave Chambéry ! This project now represents an experience that left me more grown up, and richer. Because how busy were we during this week !
I met new people, I learnt a bit more about their cultures, their habits, their phrases. We learnt how to overcome the limits of words to understand one another, and this way I made friends. I even caught a glimpse of my future, as I am now welcome to Germany and Polland.
stmaurice01

In Saint-Maurice de Rotherens, and during the choirs practice, I have been taught how to really listen. As a consequence, I could open my ears to all the voices surrounding me from then, voices of singers, of dancers, of organizers. Whether these voices spoke my langage or not.
I understood that every human being needs affective links. That it could only be profitable to let useless barriers go away, that is to say these barriers we build each day, to be unnoticed or to satisfy social expectations. This encouraged me to be more tolerant with the others and with myself, to show my affection more often, to take steps towards the others.
We could also benefit from the presence of professionnals, inspired and inspiring, who allowed us to create many things. I think that thanks to them, we truly could feel what the soldiers from WWI had lived, and what peace really means, through photo and video montages.
I also danced, and I felt useful.
To finish with, of course we were not all the time in osmosis. Of course we sometimes had to face tensions, or dissents. But it is no big deal. Because there were very beautiful moments, by which we were all different, but all together. Very beautiful moments, which became very beautiful memories for us all, I don’t doubt it.

Thank you (:

Laure

Summer Peace School à Chambéry

Le bâtiment 4B est le premier que vous verrez en descendant à l’avant-dernier arrêt de bus de la Ligne A, depuis la gare de Chambéry. Il a l’air bien anodin au premier abord, n’est-ce pas ? D’autant qu’il gardera peut-être ses volets résolument clos quand vous irez le voir…
Mais ne vous offusquez pas, non. Profitez plutôt de la petite table grise pour bouquiner face à l’entrée. Rendez-vous sous les arbres avoisinants pour faire quelques mouvements de Yoga, ou encore attendre des amis, allongé(e) dans l’herbe, avec de la musique et un carnet.
stmaurice02
Si votre sensibilité est celle d’un artiste, voyez si vous ne pouvez pas photographier la poésie environnante, avec le peu que vous avez. Ou faites des exercices de théâtre, tombez au ralenti, déformez des sons, jouez au jeu du miroir et, quand vous irez quêter un peu de fraîcheur vers le timide bâtiment 4B, j’espère de tout cœur qu’il vous ouvrira sa porte, comme il l’a fait pour nous.

« Nous », ce sont les jeunes hongrois, bosniens, polonais, allemands, lyonnais qui ont participé au volet social du projet VoCE. Et moi, je suis une jeune fille qui a eu la chance de devenir un maillon de cette chaîne.
J’ai vécu un véritable voyage au bâtiment 4B, sans même avoir eu à quitter Chambéry ! Ce projet est une expérience dont je suis ressortie grandie, et enrichie. C’est qu’ils s’en sont passées des choses pendant cette semaine !
J’ai rencontré de nouvelles personnes, j’en ai appris un peu plus sur leur cultures, leur habitudes, leurs expressions. Nous avons appris ne pas nous limiter aux mots pour nous comprendre, et comme cela je me suis fait des amis. J’ai même entrevu des bouts de mon futur, en discutant avec eux, puisque je suis désormais la bienvenue en Allemagne et en Pologne.
stmaurice01

A Saint-Maurice de Rotherens, et lors de la répétition des chorales, on m’a  appris à écouter. Dès lors, j’ai pu ouvrir mes oreilles à toutes les voix qui m’entouraient, que ce soient celles de chanteurs, de danseurs, d’organisateurs. Que ces voix parlent ma langue ou non.
J’ai compris que tous les humains ont besoin de liens affectifs. Qu’il ne pouvait être que profitable de se défaire de barrières inutiles, celles que l’on construit au quotidien, qui pour passer inaperçu, qui pour correspondre à des attentes sociales. Cela m’a poussée à être plus tolérante, vis à vis des autres et de moi-même, et à montrer mon affection plus souvent, à faire des pas vers les autres.
Nous avons également eu la chance de bénéficier de la présence de professionnels inspirés et inspirants, qui nous ont permis de créer bien des choses. Je pense que grâce à eux, nous avons vraiment pu ressentir le concept de paix, le vécu des soldats de 14-18, au travers de montages photos ou vidéo…

J’ai dansé, aussi, et je me suis sentie utile.

Alors, bien sûr que l’osmose n’était pas toujours présente. Bien sûr que nous avons parfois dû faire face à des tensions, à des dissensions. Mais ça n’est pas si grave. Parce qu’il y a eu de très beaux moments, dans lesquels nous étions tous différents, mais tous réunis. De très beaux moments, qui sont devenus pour nous tous de très beaux souvenirs, j’en suis certaine.

Merci ( :

Laure

After 4 years in VoCE project…

Letter from Seng Sana, member of the Summer Peaceschools, to Mascha Join-Lambert, president:

I was meaning to write because I haven’t managed to thank you in person ever since the beginning of the project. I started this project when I was 18 years old, and now I am 22.
In Bosnia, in Sarajevo, I was not very open to the people around me, as I felt blocked by the language barrier. And you have always been there to help me express and understand.
Thanks to you I began taking an interest in each country’s history, I started to go to museums and events, whereas I would not have imagined going there before. All the prejudices I had concerning these countries have now disappeared, as I learnt how to believe what I see and not what I hear.
I had the opportunity to make many friends all over Europe, I learnt their cultures and their ways of life. Some countries had a very moving history, and we are not taught this at school !
It allowed me to surpass myself, and more importantly to get motivation to speak other languages and talk with them. Though I am still far from reaching this goal, I made a significant progress. Now I am able to understand what is asked, but I can’t answer because of a small mental block : the shame of making mistakes when I talk.
There were ups and downs, but what I keep in mind are the moments of sharing and joy we all had. Since these meetings I am always eager for us to be reunited. And, for each departure there always is grief on everyone’s face, and in everyone’s heart.
Just to tell you that I am happy to have taken part in this project with you, thank you for organizing it. Each meeting makes us better persons. You are always near to guide us in our lives and show us the right path. You saw us growing up and I won’t forget it, and all this is thanks to you, thank you very much.
You only need a tiny seed of hope to plant a whole field of happiness… and a bit of patience to give it the time to grow. We are your seeds, the ones you planted and watered to see us grow up. Thank you very much Mascha.

Après 4 années de participation à VoCE…

Lettre de Seng-Sana, participant aux Summer Peace Schools à Mascha Join-Lambert, présidente de VoCE:

Je voulais t’écrire pour te remercier, car depuis le début du projet je n’ai pas su te le dire de vive voix. J’ai commencé ce projet lorsque j’avais 18 ans, et maintenant j’en ai 22.
En Bosnie, à Sarajevo, je n’étais pas très ouvert aux personnes qui m’entouraient, car la barrière de la langue me bloquait. Et tu as toujours été là pour m’aider à m’exprimer et à comprendre.
Grâce à toi je me suis mis à m’intéresser à l’histoire de chaque pays, j’ai commencé à aller dans des musées et des événements alors qu’avant je n’imaginais pas y mettre les pieds. Tous les préjugés que j’avais de ces pays ont disparu aujourd’hui, j’ai appris à croire ce que je vois et à ne plus croire ce que j’entends.
J’ai pu me faire de nombreux ami(e)s dans l’Europe, j’ai appris leurs cultures et leurs modes de vie. Certains pays m’ont vraiment touché sur leurs histoires et ça à l’école on ne l’ apprend pas !
Cela m’a permis de me dépasser, et surtout de me motiver à parler d’autres langues pour pouvoir leur parler. Mais je suis encore loin de là, même si j’ai fait d’énormes progrès. Je peux maintenant comprendre ce qu’on me demande, mais pas leur répondre car j’ai un petit blocage, qui est la honte de me tromper en parlant.
Il y a eu des hauts et des bas mais ce que j’ai en mémoire ce sont les moments de partage et de joie qu’on a eu. Depuis ces rencontres je suis toujours pressé qu’on se réunisse. Et à chaque départ il y a toujours de la peine dans le visage et le cœur de tous.
Juste pour te dire que je suis heureux d’avoir participé à ce projet avec toi, merci de l’avoir organisé. Chaque rencontre nous rend meilleurs. Tu es toujours là pour nous guider dans la vie et nous mettre dans le droit chemin. Tu nous as vus grandir et je ne l’oublierai pas, et tout ça c’est grâce à toi, merci beaucoup.
Il suffit d’une minuscule graine d’espoir pour planter tout un champ de bonheur… et d’un peu de patience pour lui laisser le temps de pousser. Nous sommes tes graines, que tu as plantées et arrosées pour nous voir pousser. Merci beaucoup Mascha.

Viel Musik, viel Freundschaft, viel Natur

Artikel von Mascha Join-Lambert veröffentlicht in der Allegemeine Deutsche Zeitung, Bukarest, 22 september 2017

GruppeBei gemeinsamen Ausflügen, auch mit dem Pferdewagen, wurde die Freundschaft zwischen den Jugendlichen gefestigt. Foto: Gabriele Nagel

Das Projekt VoCE 2014-2018 erinnert seit 2014 mit einer jährlichen Begegnung von acht Chören aus sieben europäischen Ländern und einer Friedensschule daran, dass seit dem Ersten Weltkrieg 100 Jahre vergangen sind. In diesem Jahr haben sich die Chöre in der zweiten Augusthälfte in Klausenburg/Cluj getroffen und haben an mehreren öffentlichen Plätzen in der Stadt und auch in einem Konzert in der Aula Magna der Universität Babes-Bolyai gesungen. Doch zu dem VoCE Projekt gehört neben Begegnungen von Amateursängern auch der Austausch unter jungen Erwachsenen. Nach dem Chortreffen in Klausenburg waren zum ersten Mal junge Erwachsene aus Deutsch-Weißkirch/Viscri im Repser Land Gastgeber, nachdem sie im Mai schon am fünften Austausch in Frankreich, auf den Stätten der Schlachten an der Somme teilgenommen hatten. Sie bilden den aktiven Nachwuchs des Vereins „Viscri Începe“, betreut von ihrer Sozialpädagogin Tina Bing.

Den anderen 20 Teilnehmenden aus Polen, Deutschland und Frankreich wollten sie ihr Land und ihr Leben zeigen: ihren Jugendclub und ihre Tänze, die mittelalterliche Kirchenburg in Deutsch-Weißkirch und die nahe Stadt Reps/Rupea, die Schäferei auf den Hügeln neben dem Dorf. Der Höhepunkt aber war ein Abend zu Gast in verschiedenen Familien in Deutsch-Weißkirch. Für all die jungen Großstädter aus dem Ausland war das ein Eintauchen in eine andere Welt, welches helfen dürfte, die Vorurteile Rumänien gegenüber zu vermindern. Natürlich gab es auch formelle Aufgabenstellungen zu Vorbeugung und Überwindung von Gewalt, mit Gruppenarbeiten und im Ergebnis für die Bewohner von Deutsch-Weißkirch eine Fotoausstellung und eine Vorstellung aus Wort und Tanz, inspiriert von den Berliner Künstlerinnen Gabriele Nagel und Astrid Rashed.

Für die Veranstalter der Friedensschule war die schönste Bestätigung die Freundlichkeit, mit der etwa die dunkelhäutigen Teilnehmenden aus Frankreich empfangen wurden: Da wurden „Selfies“ mit ihnen auf dem Markt in Reps gemacht, da war die große Erleichterung am Ende, die einer von ihnen in die Worte fasste: „Ich kam hierher im Rahmen meines persönlichen Entwicklungsprojektes  und unerwartet habe ich obendrein Freundschaft gefunden!“ Unterstützt wird das Projekt VoCE 2014-2018 vom Deutsch-Französischen Jugendwerk, Partner für die diesjährigen Veranstaltungen waren der Volksbund/Deutsche Kriegsgräberfürsorge, der Chor Visszhang aus Klausenburg, der Verein „Viscri Începe“. 2018 gibt es ein Wiedersehen in Savoyen und in Berlin.

Chronique de Péronne

D’autres récits et témoignages de la Summer Peace School qui s’est déroulée à Péronne (France) du 20 au 26 mai.

Les jeunes participants ont pu être accueillis comme des visiteurs « privilégiés » de l’Historial de la Grande Guerre, l’un des plus importants sites de commémoration de la Première Guerre Mondiale. Grâce notamment à l’accueil et à la disponibilité de Madame Evelyne Damay, conseillère pédagogique au musée, ils ont pu toucher certains objets (obus, casques, sacoches…), afin de ressentir plus directement la réalité de la guerre et de la souffrance des soldats.
« J’aspire à trouver un endroit où tous sont réunis. Au cratère de Lochnager un visiteur parlait de son arrière-grandpère. Cette glorifiaction me cause un problème…. Au cratère, je m’attendais à un mémorial, au lieu de cela j’ai trouvé une glorification britannique du déclenchement de la bataille de la Somme. …J’ai pris conscience du nombre de morts ! Au cratère, j’imaginais l’explosion…. »
peronne06

Toujours à l’Historial, des ateliers de recherche, d’analyse de textes et d’écriture ont été organisés, avec l’aide de Madame Lucie Balin, Commissionaire de l’exposition « Les Ecrivains dans la Guerre/ Nous sommes de machines à oublier » », Historial, 2016. Les jeunes européens ont ainsi accéder au Centre de documentation su site, habituellement ouvert aux chercheurs! Ils ont travaillé à partir d’ auteurs tels qu’Alfred Lichtenstein, Pierre Loti, JRR Tolkien, ou sur des thèmes de recherches, Vie et destins des civils, Economie, destructions et propagande durant la Grande Guerre.
« Dans les Archives, le livre que j’ai consulté était exactement celui que j’avais demandé ! Les dames s’étaient donné du mal !… J’ai découvert des informations sur les victimes en Roumanie. Deux fois plus de civils que de militaires !… »
peronne09
En parallèle, durant le séjour, des ateliers « Mouvements et Sons » ont été menés avec l’actrice Astrid Rashed. A partir des éléments qui ont impressionné les participants, des scènes sont esquissées, avec des textes, des mots inducteurs. Petit à petit, les jeunes ont construit une « fresque théâtrale », exprimant leurs recherches, leurs sentiments et leurs découvertes au cours de la session. Ce travail a trouvé son aboutissement en étant présenté à l’Historial à la fin du séjour.
peronne18

Pour en savoir plus, lire le journal du bord: Chronique Péronne Mai 2017
le témoignage de Madame Damay: Letter from E_DAMAY_June 2107
-> Voir plus d’images

 

 

Journey in Peronne (France)

Already five Summer Peace Schools for the VoCE project!
See the pictures
This event, which stood between 21 and 27 of the month of may 2017, has been constitued by a work of poetry and theater, in some places of very high symbol and emotion. Péronne, in France, has got one of the most important museum and monuments devoted to the memories of the First World War.
The words written by the Bosnian Young people who took part of the project are the best account of the time they shared together:

War – every war is the same.
Killed, wounded, tortured….
Starving…
Ruins…..
But, in the end, war finished.
Then the only thing left is sadness, pain and wounds that are hard to heal but will pass one day  : you are the living experience for that.
100 years ago you have passed through hell, hate and conflict,
But now you are the leading and brotherly forces in Europe.
After all you’ve been through and what your ancestors thought, today you progress, move forward.
During these few days you showed that to us.
You were spending time together, visiting monuments, talking about the past together. You are well aware of what had happened.
But you, new generations, are together again and keep history not to be forgotten.

But we….
Small country Bosnia and Herzegovina, which lots of people never heard about, we are experiencing sadness for 20 years, and we are counting.
We lost our families,
We are growing up without parents, brothers or sisters.
We try to move beyond but our wounds are still fresh and they do not pass.
Mostly because of our Presidents.
All monuments, cemeteries, museums that we have seen here awakened compassion and sadness within us
And we would love our country to do the same.
How could we show you, one day, our history one-hundred-percent
And make you feel like you made feel us!
We want to tell you that in front of GOD we are all the same, brothers and sisters, and that all children are OUR children, and that all dead people are OUR people.
We think that we must not separate by percentage people who died for their country and freedom.
Therefore we need to raise a monument for them and not allow them to be forgotten.
We hope that our politicians one day will do the same thing, and that they will understand that only if we are together we can do anything good and make a better future for us.
But as long as they separate us, still talking about war and encourage us to hate, we are bound to stay on spot.
Because, even after 22 years, the main question and topic among our political leaders is: “Who is guilty?”
Is that still important?
Guilty – are all the people who created that war…
And after all we are here to uphold the legacy, memory of our dead ones, to rebuild our country but for peace and love among us as decided by a higher force.

Summer Peace School à Péronne

Cinq Summer Peace Schools déjà pour le projet VoCE!
Voir les photos
Cette édition, qui s’est déroulée du 21 au 27 mai 2017, a constitué en un travail d’écriture et de théâtre, dans des lieux hautement symboliques et chargés d’émotions.
Ce sont les mots écrits par le groupe des participants bosniens qui pourront le plus rendre compte de l’importance et de la richesse humaine de cet évènement:

La guerre –
Chacune ressemble aux autres.
Des morts, des blessés, des torturés, des affamés, et des ruines….
Et à son issue, une fin.
La tristesse comme seul résultat, avec la douleur et les plaies.
C’était long à guérir mais un jour, c’était passé
Et vous les Européens, en êtes l’exemple vivant.
Il y a 100 ans, vous traversiez l’enfer, la haine et le conflit,
Et maintenant, vous êtes les forces motrices et fraternelles en Europe.
Après tout ce que vous avez traversé, après tout ce que vos ancêtres ont pensé, vous progressez, vous allez de l’avant.
C’est ce que vous nous avez montré durant ces quelques jours :
Vous passez du temps ensemble, vous visitez les monuments,
Vous échangez ensemble sur le passé.
Ayant conscience de ce qui s’était passé,vous les jeunes générations, vous êtes réunis désormais, et vous empêchez la mémoire de l’histoire d’être oubliée.
Mais nous autres – petit pays Bosnie-Herzégovine, dont beaucoup n’ont jamais entendu parler,
Nous traversons la tristesse depuis vingt-deux années et nous les comptons.
Nous avons perdu nos familles,
Nous grandissons sans parents, frères ou sœurs…
Nous nous efforçons de nous dépasser mais nos blessures sont encore fraîches et ne se referment pas.
La cause en est, pour l’essentiel, nos Présidents.
Les monuments, cimetières, musées que nous avons vus ici ont éveillé en nous de la compassion et du regret.
Nous aimerions tant que notre pays en fasse de même !
Comment pourrions-nous, un jour, vous montrer cent-pourcent de notre histoire et vous faire ressentir ce que nous avons ressenti pour vous !Nous voulons dire que face à Dieu nous sommes tous égaux,
Des frères et des sœurs
Et que tous les enfants sont nos enfants et que tous les morts sont nos morts.
Nous pensons que nous ne pouvons pas séparer par pourcentages tous ces gens qui sont morts pour leur pays et pour la liberté.
Et donc nous avons besoin d’ériger un monument afin qu’ils ne soient pas oubliés.
Nous espérons que nos politiciens deviendront, un jour, actifs
Et qu’ils comprendront que c’est seulement ensemble que nous pourrons réaliser quelque chose de bien et améliorer l’avenir.
Mais tant qu’ils nous séparent, en continuant de parler de guerre et en nous encourageant à haïr, nous ferons du sur-place.
Car aujourd’hui après 22 années, la question principale, le sujet favori parmi nos dirigeants politiques est de savoir : « Qui est coupable ».
Mais est-ce encore important ?
Coupables sont tous les gens qui ont mis en place cette guerre…
Et après tout, nous sommes ici pour maintenir l’héritage, la mémoire de nos morts, afin de reconstruire notre pays dans le seul but de la paix et de l’amour parmi nous qui nous vient par décision d’une force supérieure.