Archives mensuelles : juillet 2017

peronne05

Chronique de Péronne

D’autres récits et témoignages de la Summer Peace School qui s’est déroulée à Péronne (France) du 20 au 26 mai.

Les jeunes participants ont pu être accueillis comme des visiteurs « privilégiés » de l’Historial de la Grande Guerre, l’un des plus importants sites de commémoration de la Première Guerre Mondiale. Grâce notamment à l’accueil et à la disponibilité de Madame Evelyne Damay, conseillère pédagogique au musée, ils ont pu toucher certains objets (obus, casques, sacoches…), afin de ressentir plus directement la réalité de la guerre et de la souffrance des soldats.
« J’aspire à trouver un endroit où tous sont réunis. Au cratère de Lochnager un visiteur parlait de son arrière-grandpère. Cette glorifiaction me cause un problème…. Au cratère, je m’attendais à un mémorial, au lieu de cela j’ai trouvé une glorification britannique du déclenchement de la bataille de la Somme. …J’ai pris conscience du nombre de morts ! Au cratère, j’imaginais l’explosion…. »
peronne06

Toujours à l’Historial, des ateliers de recherche, d’analyse de textes et d’écriture ont été organisés, avec l’aide de Madame Lucie Balin, Commissionaire de l’exposition « Les Ecrivains dans la Guerre/ Nous sommes de machines à oublier » », Historial, 2016. Les jeunes européens ont ainsi accéder au Centre de documentation su site, habituellement ouvert aux chercheurs! Ils ont travaillé à partir d’ auteurs tels qu’Alfred Lichtenstein, Pierre Loti, JRR Tolkien, ou sur des thèmes de recherches, Vie et destins des civils, Economie, destructions et propagande durant la Grande Guerre.
« Dans les Archives, le livre que j’ai consulté était exactement celui que j’avais demandé ! Les dames s’étaient donné du mal !… J’ai découvert des informations sur les victimes en Roumanie. Deux fois plus de civils que de militaires !… »
peronne09
En parallèle, durant le séjour, des ateliers « Mouvements et Sons » ont été menés avec l’actrice Astrid Rashed. A partir des éléments qui ont impressionné les participants, des scènes sont esquissées, avec des textes, des mots inducteurs. Petit à petit, les jeunes ont construit une « fresque théâtrale », exprimant leurs recherches, leurs sentiments et leurs découvertes au cours de la session. Ce travail a trouvé son aboutissement en étant présenté à l’Historial à la fin du séjour.
peronne18

Pour en savoir plus, lire le journal du bord: Chronique Péronne Mai 2017
le témoignage de Madame Damay: Letter from E_DAMAY_June 2107
-> Voir plus d’images