falling laure 2

Summer Peace School à Chambéry

Le bâtiment 4B est le premier que vous verrez en descendant à l’avant-dernier arrêt de bus de la Ligne A, depuis la gare de Chambéry. Il a l’air bien anodin au premier abord, n’est-ce pas ? D’autant qu’il gardera peut-être ses volets résolument clos quand vous irez le voir…
Mais ne vous offusquez pas, non. Profitez plutôt de la petite table grise pour bouquiner face à l’entrée. Rendez-vous sous les arbres avoisinants pour faire quelques mouvements de Yoga, ou encore attendre des amis, allongé(e) dans l’herbe, avec de la musique et un carnet.
stmaurice02
Si votre sensibilité est celle d’un artiste, voyez si vous ne pouvez pas photographier la poésie environnante, avec le peu que vous avez. Ou faites des exercices de théâtre, tombez au ralenti, déformez des sons, jouez au jeu du miroir et, quand vous irez quêter un peu de fraîcheur vers le timide bâtiment 4B, j’espère de tout cœur qu’il vous ouvrira sa porte, comme il l’a fait pour nous.

« Nous », ce sont les jeunes hongrois, bosniens, polonais, allemands, lyonnais qui ont participé au volet social du projet VoCE. Et moi, je suis une jeune fille qui a eu la chance de devenir un maillon de cette chaîne.
J’ai vécu un véritable voyage au bâtiment 4B, sans même avoir eu à quitter Chambéry ! Ce projet est une expérience dont je suis ressortie grandie, et enrichie. C’est qu’ils s’en sont passées des choses pendant cette semaine !
J’ai rencontré de nouvelles personnes, j’en ai appris un peu plus sur leur cultures, leur habitudes, leurs expressions. Nous avons appris ne pas nous limiter aux mots pour nous comprendre, et comme cela je me suis fait des amis. J’ai même entrevu des bouts de mon futur, en discutant avec eux, puisque je suis désormais la bienvenue en Allemagne et en Pologne.
stmaurice01

A Saint-Maurice de Rotherens, et lors de la répétition des chorales, on m’a  appris à écouter. Dès lors, j’ai pu ouvrir mes oreilles à toutes les voix qui m’entouraient, que ce soient celles de chanteurs, de danseurs, d’organisateurs. Que ces voix parlent ma langue ou non.
J’ai compris que tous les humains ont besoin de liens affectifs. Qu’il ne pouvait être que profitable de se défaire de barrières inutiles, celles que l’on construit au quotidien, qui pour passer inaperçu, qui pour correspondre à des attentes sociales. Cela m’a poussée à être plus tolérante, vis à vis des autres et de moi-même, et à montrer mon affection plus souvent, à faire des pas vers les autres.
Nous avons également eu la chance de bénéficier de la présence de professionnels inspirés et inspirants, qui nous ont permis de créer bien des choses. Je pense que grâce à eux, nous avons vraiment pu ressentir le concept de paix, le vécu des soldats de 14-18, au travers de montages photos ou vidéo…

J’ai dansé, aussi, et je me suis sentie utile.

Alors, bien sûr que l’osmose n’était pas toujours présente. Bien sûr que nous avons parfois dû faire face à des tensions, à des dissensions. Mais ça n’est pas si grave. Parce qu’il y a eu de très beaux moments, dans lesquels nous étions tous différents, mais tous réunis. De très beaux moments, qui sont devenus pour nous tous de très beaux souvenirs, j’en suis certaine.

Merci ( :

Laure