Summer Peace School Berlin 2018

Sous la houlette de Astrid Rashed et Gabriele Nagel, respectivement actrice et photographe à Berlin, les 25 jeunes adultes se sont retrouvés pour finaliser le travail commencé en août 2018 en Savoie : une expo-performance autour d’une strophe du « Mémorial » de Thierry Machuel.
Voir les images de ce travail

Cet été, Gabriele avait filmé des séquences de rencontres-miroirs entre les participants répartis en paires. Ces images silencieuses sont émouvantes car il s’agissait pour l’un de suivre exactement les gestes proposés par l’autre.
Sur ces images, fut placé le chant Thierry Machuel, présenté par des chorales de VoCE2014-2018 …
« …oh comme je regrette n’avoir pu te parler !
Même, chacun dans sa propre langue,
nous aurions pu nous entendre au son de nos douleurs.
Ensemble nous aurions vu
qu’il n’y a pas d’ennemi en dehors de nous-mêmes. »
mascha+therrie

Lors de la présentation de la performance le 17 novembre, WABE, Berlin, les participants se tenaient en deux groupes devant les images et, en écho discret, se renvoyaient cette même strophe dans toutes les langues de leur rencontre : allemand, bosnien, français, polonais, roumain…

Cette expositon à la WABE réunissait , en outre, des créations des participants et d’élèves du Herder-Gymnasium , Berlin-Lichtenberg, inspirés par les paroles du « Mémorial ».
Le compositeur rendit visite à cette exposition le dimanche 18 novembre, au grand bonheur des participants !
Voir les images de l’expo

Cette dernière VoCE Summer Peace School connut deux autres points d’orgues.
L’un était la visite du Général Jovan Divjak de Sarajevo, fondateur et directeur de l’oganisation OGB&H qui soutient des orphelins de guerre en Bosnie-Herzégovine. Il  était notre partenaire de la première heure, et voici son message aux jeunes :
« VoCE vous a donné la possibilité de vous montrer empathiques. C’est une très grande chance. Mon message pour vous : soyez libres – indépendants – et soyez amoureux. Qu’est-ce que d’être amoureux ? Cela veut dire : aimer toute créature. Comment imaginez-vous votre vie ? Comme coureur de marathon ? Comme chef d’orchestre ? Comme coureur de vitesse avec 110 obstacles ?   Réfléchissez – y bien.
Un mot au sujet de la guerre et de OGB&H : la guerre, c’est simple. Les riches donnent les fusils, les pauvres donnent leurs enfants. La première idée qui a fait naître OGB&H était de procurer un soutien psychologique aux victimes. (Je me souvenais de ce qu’à l’origine, j’avais voulu devenir psychologue, si ma mère en avait eu les moyens.) Les gens avaient besoin de quelqu’un à qui parler. Encore aujourd’hui nous recevons des personnes en solitude et nous aidons à trouver un but dans leur vie, un but à leur vie. « 

L’autre était la participation à la cérémonie de commémoration de l’Armistice 1918 de notre partenaire allemand Volksbund, le 17 novembre , au mémorial de la prison de Plötzensee. Cette cérémonie avait été confiée au groupe des jeunes du Volksbund, animé notamment par Sophie Rothe et Marc Benjamin, participants à VoCE depuis 2014. En musique, poèmes et deux interventions sur l’apport de la VoCESummer Peace School, les jeunes firent entendre leur mise en cause radicale de la violence guerrière devant une assemblée faite essentiellement de militaires allemands et d’attachés militaires en poste à Berlin.
Voir le texte lu par Melina Dzelovic, au nom du groupe de Bosnie-Herzégovine .

Ainsi s’est achevé l’aventure des jeunes au sein du projet « Voix et Chemins d’Europe » .

Nous remercions notre partenaire allemand « Volksbund/VdK » d’avoir organisé cette dernière session,   le programme Erasmus+  ainsi que l’OFAJ de l’avoir financé, les artistes Astrid Rashed et Gabriele Nagel pour leur persévérence, et tous les participants pour leur fidélité !

Mascha Join-Lambert