P1010293

Stones of memory

Dans plusieurs villes européennes; (Autriche, France, Belgique, Pologne, dont Wroclaw, Norvège, Ukraine…) existent des plaques commémoratives à la mémoire des victimes de guerre. Ces plaques en bronze furent créées à l’origine grâce à l’initiative d’un artiste allemand. Elles sont scellées sur les trottoirs près des lieux où vécurent ces victimes donnant quelques brèves informations sur leur vie. On les appelle les « Pierres de Mémoire » ou «Stones of Memory».
Chaque personne décédée pendant la Grande Guerre est comme une pierre (un poids ou un étayage), un monument dont il faut continuellement renouveler la mémoire.
Les traces des souvenirs, les archives ne sont pas uniquement institutionnelles ou pages jaunies d’ouvrages dans les bibliothèques. Ce sont également nos mémoires, la mémoire de chacun d’entre nous. On peut considérer que chaque homme est une sorte d’archive dès lors qu’il puise dans sa mémoire, parle ou se parle d’histoire du plus profond de lui-même.
P1010369

La Pologne, bien que non constituée en tant qu’état en 1914 n’en a pas moins une histoire totalement intégrée dans la Première Guerre Mondiale. 3 millions de soldats se sont battus sur les différents fronts. 500 000 d’entre eux sont décédés. Curieusement, cette partie de l’histoire de la Pologne n’apparaît pratiquement pas dans les manuels scolaires. A la sortie de la guerre, en 1918, la Pologne devient un état libre à l’issue de l’accord de Vienne. Il se dote d’une nouvelle constitution, donne le droit de vote aux femmes, garantie la liberté en tant que citoyens aux minorités et priorise la politique étrangère, ce qui lui assure une reconnaissance au niveau international. Si Wroclaw ne fut pas le siège direct de batailles lors de la Grande Guerre, ses habitants en portent les traces dans leur vie familiale (grands parents tués, s’étant parfois retrouvés face à face dans des camps adverses…)
P1010370
Bien que le présent projet ne fasse pas partie du programme officiel dans le cadre de Wroclaw 2016, capitale européenne de la culture, il constitue, comme de nombreux autres, l’un des temps forts de la partie « off » de ce projet officiel. Le projet VoCE « Memory of Stones » Wroclaw 2016 a d’ailleurs reçu le soutien du sénateur Jaroslaw OBREMSKI (document joint). Ce sénateur estime que ce projet permettra de contribuer de manière significative à la promotion d’une image positive de la Pologne en Europe, par sa valeur éducative et sociale. De même, e Ministère des Affaires Etrangères polonais, conscient de l’importance d’un tel projet humaniste, a proposé son soutien au chœur Cantilena de Wroclaw pour organiser ce magnifique projet de rencontres humaines et culturelles. A travers des échanges interactifs entre artistes et spectateurs, choristes et historiens, de différentes nationalités, on tentera de retrouver, de faire se rencontrer les différents événements de l’histoire collective et les histoires individuelles (récits, témoignages familiaux, recettes, chansons,etc…)
logo z napisem new